Astronomie

Le dernier quartier lunaire

By 21 janvier 2022No Comments

Le cratère Copernicus

Apollo 18 aurait dû se poser en 1971 au centre du cratère Copernicus. Mais cette mission ne vit jamais le jour, le programme Apollo s’arrêta en 1970 après Apollo 17, pour raisons budgétaires.

Le cratère Copernicus (en bas à droite) a un diamètre de 93km et une hauteur de 3760m. D’une forme hexagonale, il est assez jeune et a été formé il y a 800 millions d’années. Le fond du cratère est assez plat, mis à part 3 montagnes d’environ 1200m (que l’on distingue sur la photo). 

À l’ouest, Mare Insularum, l’une des mers lunaires, une zone assez plate et ancienne (formée il y a 4 milliards d’années) qui s’étend entre le cratère Kepler et Copernicus, et les monts Carpates au nord. Les Versants de Copernicus sont très escarpés et dominent Mare Insularum de 900m.

Les monts Carpates sont une chaîne de montagnes de 300km de long, au nord du cratère Copernicus, avec des sommets culminants à 2400m.

Le caractère Kepler, plus petit à un diamètre de 31km et une hauteur de 2800m. Ses rayons font, eux, plus de 300 km. C’est la limite est de l’Océan des tempêtes.

Le plateau d’Aristarque

Au nord de Kepler, le cratère Aristarchus est le plus lumineux des cratères de la Lune. Parfois qualifié de « Phare de la Lune », c’est aussi l’un des plus jeunes. On pense qu’il a été créé par l’impact d’un astéroïde de 2 km de diamètre il y a 450 millions d’années seulement. Son diamètre est modeste, 30km, mais sa hauteur est relativement importante (3000m). On aperçoit sur la photo le piton rocheux au centre du cratère.

Le cratère Herodotus, juste à côté, est beaucoup plus ancien. Il a été formé il y a environ 3,5 milliards d’années. Son fond est plat et rempli de lave sombre. C’est le point de départ d’une faille, Vallis Schroeteri, la plus large des vallées lunaires, formée par une rivière de lave solidifiée. Elle mesure 200 km de long, pour une largeur variant de 6 à 10 km. Sa forme fait penser à un cobra, dont la tête plonge vers Herodotus.

Ces 3 sites sont situés sur le plateau d’Aristarque, une île rectangulaire brunâtre d’environ 200 km de long, s’élevant jusqu’à 2 km au-dessous de la surface lisse d’Oceanus Procellarum, l’océan des tempêtes. L’océan des Tempêtes est la plus grande des mers lunaires, faisant plus de 2 500 kilomètres selon son axe nord-sud et couvrant environ 2 millions de kilomètres carrés. Comme toutes les mers lunaires, cet océan s’est formé du fait d’une inondation au basalte, qui a recouvert la région d’une surface lisse qui s’est solidifiée par la suite.

Les monts Jura et les Alpes

Au nord de Copernicus s’étend Mare Imbrium, la mer des pluies. Après l’océan des tempêtes, c’est la deuxième plus grande mer lunaire avec 1300 km de diamètre. Elle  s’est formée à la suite du remplissage par de la lave liquide d’un cratère d’impact géant préexistant, créé lors d’un impact massif il a 3,9 milliards d’années.

Sinus Iridum, la baie des arcs-en-ciel, est bordée par les Monts Jura, un massif de 420 km qui culmine à 3800m d’altitude et ses deux promontoires aux extrémités (le Promontorium Héraclides et le Promontorium Laplace).

À l’extrémité orientale des Monts Jura, Montes Jura, l’immense cratère Platon, de 100km de diamètre, et profond de 2000m, au fond plat rempli de lave sombre. 

En continuant à l’Est, démarre la chaîne des Alpes, Montes Alpes, qui s’étend sur 250 km. Elle est coupée au milieu par la vallée des Alpes, qui sur 166 km relie la mer des pluies à la mer du froid au nord, Mare Frigoris. Et le point culminant des Alpes est forcément le Mons Blanc, qui culmine à 3600m.

Et plus au nord, le pôle…

Apollo 12 et 14

Et pour terminer cette exploration du dernier quartier lunaire, région principalement couverte par  l’océan des tempêtes, Oceanus Procellarum, dont la partie sud qui s’étend jusqu’au cratère Gassendi qui marque la limite avec la mer des Humeurs, Mare Humorum. Environ à mi-chemin entre Copernicus et Gassendi se trouvent les sites d’atterrissage d’Apollo 12 et 14, les expéditions qui ont mené les 3,4,5 et 6e homme sur la lune.

Photos prises de mon jardin avec un Celestron C9, réducteur de focale *0,65 et caméra ASI 224C.