La destin de la Terre

By 1 juin 2019 octobre 22nd, 2019 Astronomie

En 1927, Freud dans son essai de psychanalyse écrivait: « personne, au fond, ne croit à sa propre mort ou, ce qui revient au même : dans l’inconscient, chacun de nous est persuadé de son immortalité ». Nous vivons en tant qu’individus, amis, communautés, humanité, comme si nous étions éternels, incapables de concevoir notre propre fin, baignant dans l’illusion que tout durera pour toujours.

Le soleil, actuellement au milieu de sa vie, poursuit un destin écrit dès sa naissance: celui de devenir une géante rouge, de se réchauffer progressivement pendant les 7 milliards d’années qui viennent, et d’annihiler progressivement toute vie sur Terre.

Dans 500 000 ans au plus tard, on estime que statistiquement la terre sera frappée par au moins un astéroïde massif (1km ou plus). Les êtres vivants qui se situeront à plus de 1000km de l’impact devraient toutefois avoir de bonnes chances d’y survivre.

Dans 5 millions d’années, l’espèce humaine ne pourra plus se reproduire: en cause la disparition du chromosome Y, qui dégénère par impossibilité de brassage génétique depuis son apparition il y a 150 millions d’années. Il ne lui reste déjà aujourd’hui que 3% de ses gènes ancestraux.

terre-soleil-geante-rouge

Dans 600 à 800 millions d’années, en conséquence de l’expansion de la taille du soleil et de la montée de la température sur Terre, l’évaporation de l’eau dans les océans s’accélèrera, causant l’arrêt de la tectonique des plaques. Le cycle du carbone s’arrêtera alors et la photosynthèse deviendra impossible, causant la disparition des espèces multicellulaires végétales, et par effet de cascade, des espèces animales.

Dans 1,1 milliard d’années, la luminosité du soleil aura augmenté de 10%: la température moyenne sur terre montera à 47° et les océans auront totalement disparu, évaporés. La Terre deviendra un désert monotone. Il ne pourra désormais rester des poches de glace et des formes de vie élémentaires qu’aux pôles.

Dans 1,3 milliards d’années, avec la montée de la température, les organismes unicellulaires à noyau (eukaryotes) vont disparaître, ne laissant comme dernière trace de la vie sur Terre que les organismes unicellulaires sans noyau (prokaryotes), comme certaines bactéries, qui pourront encore survivre aux pôles.

Dans 2 milliards d’années, les organismes unicellulaires sans noyau (prokaryotes) vont eux aussi disparaître. La Terre ne sera plus une planète habitée.

Dans 3 milliards d’années, le champ magnétique terrestre va disparaître, la rotation du fer dans le noyau de la Terre ayant cessé. Il n’existera plus de protection contre les radiations solaires. L’eau deviendra instable en surface, tandis que la température atteindra 150 degrés. La Terre ne sera plus une planète habitable tel que nous l’entendons aujourd’hui.

Dans 4 milliards d’années, la galaxie d’Andromède va entrer en collision avec la Voie Lactée. Il y a 50% de chance que le système solaire soit éjecté de cette nouvelle galaxie.

Red_Giant_Earth

Dans 7 milliards d’années, le soleil aura épuisé ses réserves d’hydrogène et deviendra une géante rouge: il sera 2500 fois plus brillant qu’aujourd’hui, sa taille 250 fois plus importante, et son rayon s’étirera environ jusqu’à l’orbite de notre planète. La Terre sera, avec la Lune, probablement engloutie dans l’étoile. La dernière trace de la Terre sera alors une très légère augmentation (0,01 %) de la métallicité solaire.

Dans 8 milliards d’années, le soleil deviendra une naine blanche faisant la moitié de sa masse actuelle.

Dans 14 milliards d’années, le Soleil deviendra une naine brune. Sa température et sa luminosité s’effondreront, le rendant invisible à l’oeil nu pour un humain qui existerait encore à une distance équivalente à celle avec laquelle nous le regardons aujourd’hui.

Dans 1 000 milliards d’années, toutes les galaxies du groupe local auront fusionné en une unique galaxie.

Dans 50 000 milliards d’années, plus aucune étoile ne pourra se former au sein des galaxies, le gaz nécessaire à leurs formation aura entièrement disparu.

Dans 100 000 milliards d’années, les dernières étoiles auront brûlé leur carburant, et plus aucune ne pourra jamais briller. Il ne restera que des naines blanches, étoiles à neutrons et trous noirs. Ces faibles lumières vont ensuite une à une s’éteindre pour donner un univers froid et sombre.

Quoi que nous fassions, il y aura bien une fin mes beaux amis.